Maxime Felder

LinkTwitterLink

I am a sociologist working at the intersection of urban sociology, sociology of migration and sociology of social networks. I am currently researching informal housing arrangements between newcomers and their hosts in the city of Rotterdam. More on the project: A Place to Stay

My research is organised around three domains:

Employement

2023-2024 Visiting fellow (SNF grant), University of Amsterdam (NL)

2022-2023 Visiting fellow (SNF grant), Erasmus University Rotterdam (NL)

2019- 2022 Post-doc and lecturer, Urban Sociology Laboratory, Swiss Federal Institute of Technology Lausanne - EPFL (CH)

2013-2019 Research and teaching assistant, University of Geneva (CH)

2011-2015 Research assistant, University of Applied Sciences Western Switzerland Geneva (CH)


Education

PhD (2018) Sociology, University of Geneva (CH)

Visiting:

MA (2013) Sociology, University of Geneva (CH)

BA (2010) Sociology, social policy and social work & anthropology, University of Fribourg (CH)


ARTICLES IN ENGLISH

Felder, M., Favre, F., Tulin, M. & Koutsolampros, P. (2023) Acquaintances or familiar strangers? How similarity and spatial proximity shape neighbour relations within residential buildings. Housing, Theory & Society, 40(5), 642-659.

Open Access


While scholars have long established that city dwellers choose with whom to develop relationships on the basis of social proximity, spatial proximity remains the basis for neighbour relations involving greetings, social conversation, and the exchange of services. Few studies have systematically compared the respective roles of spatial and social proximity in neighbour relations. In this paper, we investigate these two factors through statistical analysis of four social network datasets representing relationships within four rented apartment buildings in Geneva, Switzerland. Using a measure of distance that takes into account how the layout and materiality of buildings shape relationships through accessibility, visibility and audibility, we compare the effects of spatial proximity with the effects of individual determinants and similarity. Our study also breaks new ground by comparing weak ties - between people who interact regularly - and "invisible ties", or ties to familiar strangers. Our study confirms that spatial proximity increases the likelihood of weak ties and questions the underlying mechanisms. It also shows that in addition to sociability, familiarity and anonymity are constitutive dimensions of neighbouring, even at the scale of buildings.

Felder, M. & Pattaroni, L. (2023) Subaltern Housing Policies: Accommodating Migrant Workers in Wealthy Geneva. European Urban and Regional Studies, online first. 

Open Access


In the wealthy and orderly city of Geneva, Switzerland, accommodation centres built in haste between the 1950s and the 1980s to house seasonal guestworkers from southern Europe are still standing and still inhabited. Today’s residents are precarious workers, undocumented or with temporary permits, as well as by asylum seekers. While the seasonal status disappeared in the early 2000s, the demand for low-skilled, flexible labour did not. Analysing the historical trajectories of specific buildings help us answer the question of who replaced the seasonal workers, not only in the labour and the housing market, but also in the symbolic spectrum of legitimacy. This article introduces the notion of ‘Subaltern Housing Policies’ to account for the public action that leads to the production and subsequent use of forms of housing characterised by standards of comfort and security far below those of the rental and social housing stock, but considered ‘good enough’ for their occupants. We argue that ‘subaltern’ relates not only to housing conditions, but also to the policies themselves, and last but not least to the people who are subjected to them. This notion allows us to trace a link between the production of substandard forms of housing and the production of categories of people who are kept on the margins of full citizenship.

Felder, M., Fneich, S. & Stavo-Debauge, J. (2023) Social workers and irregular migrants in the assistance circuit: making sense of paradoxical inclusion. Social Inclusion, 11(3), 116-127.

Open Access


Despite restrictive policy frameworks, cities sometimes provide support to irregular migrants. Scholars have analysed these forms of inclusion, focusing on policies and tensions between inclusionary approaches by local or urban actors and exclusionary approaches by national or supranational authorities. This article seeks to shift the focus to the street level, examining how support is delivered, how it is experienced by different categories of irregular migrants, and how frontline social workers make sense of their work and foster “paradoxical inclusion.” To this end, the article first analyses the experiences of young North African irregular migrants in Geneva, Switzerland. Based on ethnographic research, we describe their everyday life in the “assistance circuit,” which forces them to follow a daily routine determined by the services offered at fixed times in different places. Over time, the young men develop a sense of entrapment and alienation, as well as escape strategies. Secondly, by examining the perspective of social workers, we show that the constraints associated with the assistance circuit reflect a social work paradigm that aims to keep people on the move, limit dependency and promote autonomy. This paradigm coexists with another, conflicting one, which can be described as palliative, but which also seems paradoxical to the irregular migrants who aspire to full participation in social and economic life. Overall, our study suggests an alternative interpretation of the limitations and paradoxes surrounding irregular migrants’ inclusion that complements policy‐oriented approaches.

A 10 minutes podcast episode about the article:

Sociological Theory Familiarity as a Practical Sense of Place by Felder

Felder, M. (2021) Familiarity as a practical sense of place. Sociological Theory, 39(3), 180-199.

Familiarity is an elusive concept, capturing what we know intimately and what we only recognize from having seen before. This article aims to disambiguate these interpretations by proposing a sociological conceptualization of familiarity as a dynamic relationship to the world that develops over time and through experience and that allows one to progressively disattend from what appears as “usual.” Focusing on how urban environments and their human entities become familiar and stop being familiar, I propose that familiarity be thought of as an ongoing relational and interactional achievement, allowing us to focus on our daily activities while relying on a practical knowledge of our surroundings. The conceptualization process unfolds via five questions: What is familiarity? Where does it come from? What threatens it? What does it produce? How can it be operationalized and studied empirically?

Sociology journal, Strong, weak and invisible ties, by Felder

Felder, M. (2020) Strong, Weak and Invisible Ties: A Relational Perspective on Urban Coexistence. Sociology, 54(4), 675–692.

The dichotomy between ‘strong’ and ‘weak’ ties is a common theme in sociological scholarship dealing with urban space, yet urban ethnographers have long been describing the prevalence of impersonal relations. Such relations can be described as fleeting encounters between complete strangers, while others – as in the case of ‘nodding’ relationships – are durable and have yet to be conceptualised. The notion of ‘invisible ties’ is proposed as a conceptual handle for studying typical urban relations that complement the established notions of strong and weak ties. Through an empirical study of four residential buildings in Geneva (Switzerland), these ‘invisible ties’ are revealed by means of a systemic approach to social urban life, from which two key actors emerge: ‘socialisers’ and ‘figures’. This research addresses gaps in the literature on interpersonal relations in urban contexts by focusing on the interplay between different types of social ties, encompassing the whole continuum from anonymity to intimacy.

Urban Planning, Hospitality and Arrival Infrastructure by Felder et al.

Felder, M., Stavo-Debauge, J., Pattaroni, L., Trossat, M. & Drevon, G. (2020) Between Hospitality and Inhospitality: The Janus-faced ‘Arrival Infrastructure’. Urban Planning, 5(3), 55-66.

Open Access


Although ‘arrival infrastructure’ is central to the experience of migrants arriving in a new city, is it sufficient to form a ‘hospitable milieu’? Our article compares newcomers’ experiences with ‘arrival infrastructure’ in two European cities: Brussels and Geneva. Based on ethnographic research with 49 migrants who arrived a few months earlier, we show that arrival infrastructure is Janus-faced. On one hand, it welcomes newcomers and contributes to making the city hospitable. On the other hand, it rejects, deceives and disappoints them, forcing them to remain mobile—to go back home, go further afield, or just move around the city—in order to satisfy their needs and compose what we will call a ‘hospitable milieu.’ The arrival infrastructure’s inhospitality is fourfold: linked firstly to its limitations and shortcomings, secondly to the trials or tests newcomers have to overcome in order to benefit from the infrastructure, thirdly to the necessary forms of closure needed to protect those who have just arrived and fourthly to those organising and managing the infrastructure, with divergent conceptions of hospitality. By using the notion of milieu and by embedding infrastructure into the broader question of hospitality, we open up an empirical exploration of its ambiguous role in the uncertain trajectories of newcomers.

Citizenship Studies, Citizenship ceremonies, new Swiss Citizens, by Ossipow and Felder

Ossipow, L. & Felder, M. (2015). Ethnography of a political ritual: Speeches given to new Swiss citizens by representatives of the state. Citizenship studies, 19(3-4), 233-247.

Our paper examines speeches given at citizenship ceremonies in Geneva (Switzerland) in order to understand what makes a foreigner a new member of a national and especially of a cantonal entity. Focusing on speeches by three ministers over an interval of 4 years, we analyze their conceptions of the state, the nation, and of nationality, and the kind of change – if any – this rite of passage acknowledges. We observed that the variations that appeared, ranging from an assimilationist view to a conception of citizenship mainly encompassing rights and duties, reached beyond the political positions of the magistrates who wrote and read the speeches. We aim to show that official discourse covers a broad range of conceptions of the state and of citizenship, independently of the political position of the state representative making the speech.

BOOK CHAPTERS IN ENGLISH

Felder, M. (2018). Who are the strangers? In Divercities: Understanding super diversity in deprived and mixed neighbourhoods. Bristol: Policy Press. 25–46



Felder, M., & Pignolo, L. (2018). Shops as the bricks and mortar of place identity. In Moving Cities–Contested Views on Urban Life. Wiesbaden: Springer. 97-114

Felder, M. (2016). Bern: Integration Guidelines. In Social Innovations in the Urban Context. Springer, Cham. 281-289.



BOOK REVIEWS IN ENGLISH

Felder, M. (2020) Costa Santos, S., Bertolino, N., Hicks, S., Lewis, C., May, V. (2018). Home and Community. Routledge. Housing Studies. 36(1), 154-155.



Felder, M. (2018) Small, M. L. Someone To Talk To. 2017. Oxford University Press. The British Journal of Sociology. 69(4), 1348-1349.

Felder, M. (2015), Wessendorf, S. Commonplace Diversity: Social Relations in a Super‐diverse Context. 2014. Palgrave. International Journal of Urban and Regional Research, 39(6), 1287-1289. 

BOOK IN FRENCH

Felder, M., Albrecher, R., Kaufmann, V. & Pedrazzini, Y. (2024). La Suisse de A(rbon) à Z(oug). Portrait en 12 villes. Lausanne: Presses polytechniques et universitaires romandes.

Open Access


Et si l’on pensait la Suisse urbaine non pas à partir de ses métropoles, mais de ces villes comme le pays en compte des dizaines? Celles-ci, parfois dites «petites», «moyennes», «secondaires» ou «ordinaires», représentent davantage la norme que l’exception dans le paysage helvétique contemporain. Pourtant, en Suisse comme ailleurs, elles sont négligées par les études urbaines au profit des grands centres aux prétentions internationales. À rebours de cette tendance, ce livre collectif et multidisciplinaire décrit l’urbanité de la Suisse en explorant Arbon, Bellinzone, Bienne, La Chaux-de-Fonds, Chiasso, Coire, Martigny, Neuchâtel, Schaffhouse, Sierre, Thoune et Zoug. Des chercheuses et chercheurs dressent le portrait de ces villes avec lesquelles ils et elles ont un lien particulier et livrent un regard personnel à la subjectivité assumée. Leurs approches des réalités urbaines s’articulent à une connaissance expérientielle de la cité qui les a vus grandir, partir et, parfois, revenir. Ce livre présente ainsi ces villes dans leur singularité et montre que, quelle que soit leur taille, elles sont des objets légitimes et dignes d’intérêt pour les études urbaines, capables même de faire bouger les frontières établies de la discipline.

Présentation du livre dans Le Courrier

Csupor, I., Felder, M., & Ossipow, L. (2023). Forger la citoyenneté juvénile. Anthropologie d’un rituel politique. Lausanne: Antipodes.

Open Access

Préface de Marc Abélès


Préoccupées par l’intérêt des jeunes pour la vie publique et la politique, les autorités des régimes démocratiques tentent d’agir sur la citoyenneté des jeunes. En Suisse, où la démocratie directe repose en premier lieu sur l’engagement citoyen au niveau de la commune, les autorités locales organisent, pour leurs jeunes qui atteignent l’âge de la majorité, des « promotions citoyennes ». À partir d’une enquête anthropologique et historique sur ces rituels politiques observés durant plusieurs années dans six communes romandes, ce livre permet de comprendre quelles sont les représentations que les autorités communales se font de la citoyenneté juvénile et comment elles aimeraient contribuer à la forger. La parole est aussi laissée aux jeunes et permet de saisir leur propre perception du politique et leurs modes d’engagement. À l’heure où jeunes et élu·e·s peinent à se faire entendre notamment sur le sujet du dérèglement climatique, cette enquête permet de décortiquer la notion de citoyenneté et d’en dégager certains paradoxes  l’incitation à l’engagement social ou politique de jeunes déjà engagé·e·s mais pas à la manière classique (votation/élection) des dispositifs communaux, le souhait de renforcer le sentiment d’appartenance locale alors que les jeunes s’en éloignent pour habiter et se former ailleurs, la volonté de renouveler le corps politique mais sans en transformer les moyens d’exercice.

Interview et présentation du livre par Isabelle Csupor :

Interview de Laurence Ossipow 'Quand on a 18 ans' :

ARTICLES IN FRENCH

Fneich, S., Felder, M. & Stavo-Debauge, J. (2023) Faire du sur-place sans jamais pouvoir prendre place : l’interminable arrivée de jeunes maghrébins sans-papiers à Genève, Revue Européenne des Migrations Internationales, 39(2-3).

Open Access


Cet article analyse l’expérience de jeunes Maghrébins nouvellement arrivés à Genève. Précarisés par leur parcours d’errance, sans statut légal, ils trouvent à Genève une infrastructure d’accueil qui leur permet de se nourrir et de dormir au chaud. Cependant, cette hospitalité a un coût : elle leur demande de suivre un parcours quotidien déterminé et rythmé par les services délivrés à heures fixes dans différents lieux d’accueil. Ce mode de vie combine mobilité et immobilité, donnant aux nouveaux arrivants l’impression de faire du surplace. Ceux-ci s’aménagent alors des échappatoires, notamment dans des conduites délictuelles, mais trouvent rarement d’autre issue que de reprendre la route. Nous analyserons ici les caractéristiques de cette hospitalité particulière à travers quatre épreuves qu’ils rencontrent : se familiariser, habiter, gagner sa vie, et se projeter. Ce qui rend ces épreuves souvent insurmontables tient tant dans l’orientation et l’organisation de l’infrastructure d’accueil que dans la situation spécifique de ce groupe de jeunes sans-papiers.

Stavo-Debauge, J., Felder, M. & Pattaroni, L. (2022). L’hospitalité urbaine au risque de la contagion. EspacesTemps.net [en ligne]

Open Access


Cet article interroge les conséquences sociales et spatiales du confinement et des mesures « barrières » pour les nouveaux venus et étrangers précaires sur le territoire de la ville de Genève. Liant ces mesures à la question de l’hospitalité urbaine, l'article documente les transformations paradoxales des « milieux d’hospitalité » qui offrent d’ordinaire aux nouveaux venus — et aux migrants « sans-papiers » plus anciens — la possibilité de « prendre place » dans la ville et d’y demeurer tant bien que mal. Traitant du cas des « travailleuses domestiques » mais aussi des dispositifs d’accueil « à bas seuil » et du système d’hébergement public des sans-abris, l’article retrace les problèmes auxquels ont fait face les autorités et leurs publics durant la première année de la pandémie. 

Felder, M. (2020) La Fête des voisins : un rituel conjuratoire ? Métropolitiques [en ligne]

Open Access


Dans un contexte d’accroissement des mobilités, de montée de l’individualisme et de développement des réseaux sociaux numériques, les relations de voisinage semblent appartenir au passé. Comment comprendre alors que la Fête des voisins rassemble chaque année plus de monde ? À partir d’une enquête menée à Genève, cet article livre un éclairage sur le sens et le rôle de ce rituel. 

Felder, M., & Pignolo, L. (2018). "Je préfère les dealers à une rue déserte": coexistence et familiarisation en milieu urbain. Sociologie, 9(1), 1-18.

Comment des citadins peuvent-ils tolérer, voire valoriser, la présence de revendeurs de drogue dans leur rue ? Sur la base d’une enquête ethnographique auprès de résident-e-s, de commerçant-e-s et de « dealers » dans deux rues de Genève (Suisse), cet article se propose d’étudier les dynamiques permettant la coexistence entre ces catégories d’acteurs. Nous plaçons au cœur de notre analyse un processus de familiarisation. À travers celui-ci, un individu apprend progressivement, par la fréquentation répétée d’un environnement et des individus qui l’habitent, à en identifier la normalité, c’est-à-dire les conditions dans lesquelles cet environnement ne présente pas de menace immédiate. Ce processus repose sur le maintien des « apparences normales », et sur des normes morales que les « dealers » tentent de respecter. Nous soulignons la dimension spatiale de ce processus, à partir du cas de l’école primaire jouxtant un espace public fréquenté par les dealers. Enfin, nous montrons que la coexistence est en partie autorégulée, mais repose aussi sur la répression ainsi que sur une médiation organisée par des acteurs associatifs qui permettent un dialogue entre les représentant-e-s de l’école, les résident-e-s, la police et les dealers.

Felder, M., Ossipow, L., & Csupor, I. (2018). Citoyen·ne·s, mais pas encore adultes? Les injonctions à la responsabilité et à la citoyenneté dans les rituels d’accession à la majorité en Suisse. Lien social et Politiques, (80), 108-127.

Open Access


Les communes suisses organisent un rituel pour célébrer l’accession à la majorité civile et civique de leurs résident·e·s qui atteignent l’âge de dix-huit ans. Dans les six communes que nous avons étudiées, les autorités invitent les jeunes à participer à une séance du conseil communal, les convient à un repas ou un apéritif, ou leur organisent une soirée de témoignages, de spectacle ou encore de jeux en plein air. Ces événements font place à des discours dans lesquels des représentant·e·s des autorités enjoignent les jeunes à être de « bonnes » et « bons » citoyens. Si l’appel au vote est toujours le leitmotiv, les discours se centrent aussi sur des définitions plus larges de la citoyenneté, insistant tantôt sur l’engagement associatif et local, tantôt sur la nécessité d’agir pour l’écologie ou contre les inégalités. Le croisement de ces analyses avec celles des entretiens menés avec de jeunes participant·e·s fait émerger des tensions. En effet, les autorités s’adressent à des jeunes qu’elles ne considèrent pas tout à fait comme des adultes (et qui ne se considèrent pas non plus comme tel·le·s), qui sont pour certain·e·s déjà engagé·e·s dans ces formes de citoyenneté vernaculaire, et qui s’apprêtent à quitter leur commune pour étudier ou voyager. Ces promotions citoyennes permettent ainsi de mettre en scène l’intérêt des élu·e·s pour les jeunes, considéré·e·s comme des citoyen·ne·s en apprentissage dont dépend le renouvellement de la démocratie.

Csupor, I., Felder, M., & Ossipow, L. (2017). Scène et coulisses des cérémonies d’accession à la majorité civique et civile à Genève. Ethnographiques.org, (33).

Open Access


Chaque année, les communes suisses invitent leurs jeunes résident-e-s qui atteignent l’âge de la majorité à un événement qui marque leur accession à de nouveaux droits et obligations. En nous basant sur une enquête ethnographique de quatre ans, nous analysons l’évolution de ce rite de passage dans la ville de Genève, depuis sa première réalisation en 1924. À partir d’archives historiques, d’observations directes des cérémonies ainsi que d’une séance de préparation de l’édition 2012, nous montrons comment les élu-e-s et l’équipe organisatrice, préoccupés par le supposé manque d’intérêt des jeunes pour la politique, négocient adaptations et innovations. Ce rite a joué et joue encore un rôle clé dans les redéfinitions des contours de la citoyenneté, notamment pour inclure d’abord les femmes, puis les résident-e-s de nationalité étrangère.

Felder, M. (2016). La diversité sur le palier. Catégorisations ordinaires d’un voisinage hétérogène à Genève. Lien social et Politiques, (77), 220-239.

Open Access


L’hétérogénéité de la population des centres urbains européens est souvent présentée comme une cohabitation de divers groupes (ethniques, nationaux, sociaux). L’article questionne cette perspective en se demandant comment — dans des immeubles dont la population reflète la mobilité internationale, les inégalités socioéconomiques mais aussi la diversification des modes de vie — les individus eux-mêmes perçoivent cette hétérogénéité. À travers des entretiens avec des résidents de quatre immeubles de Genève, j’analyse la manière dont ils décrivent leurs voisins. Plutôt que de les classer en groupes et de se référer à « nous » et à « eux », les interviewés combinent des catégories qui varient selon le voisin dont il est question. Toutefois, même pour les anciens résidents, certains voisins restent des inconnus dont ils ignorent jusqu’à l’existence. J’interprète ceci comme une conséquence de la grande hétérogénéité de la population étudiée, mais aussi de la moindre visibilité des voisins et de leurs activités, ainsi que de l’absence, à l’échelle des immeubles du moins, de réseaux de voisinage stables et soudés. Ainsi, loin d’être toujours des espaces d’interconnaissance, les immeubles s’apparentent à une juxtaposition d’espaces privés (les appartements) et quasi publics (les parties communes), où la coexistence passe par des formes de retenue et d’indifférence à l’égard des autres et de leurs différences.

BOOK REVIEWS IN FRENCH

BOOK CHAPTERS IN FRENCH

Felder, M. (2020) La Ville confinée. In COVID19 Le Regard des sciences sociales. Zürich, Genève: Seismo. 125-132.

Open Access


Felder, M. (2020) Le Capital social. In Dictionnaire de politique sociale suisse. Zürich, Genève: Seismo. 99-101.

Open Access

Ossipow, L., & Felder, M. (2015). Rendre des comptes aux enquêteurs d'un service de naturalisation. In Enquêter sur les déviances et la délinquance. Paris: L'Harmattan. 97-110.



WORKING PAPERS

Burton-Jeangros, C. & Felder, M. (2019) Sommeil des adolescents et rythmes scolaires. Sociograph: Sociological Research Studies: Université de Genève. 117p.

Open Access

Felder, M., Cattacin, S., Pignolo, L., Naegeli, P., & Monsutti, A. (2016). Connivences et antagonismes. Enquête sociologique dans six rues de Genève. Sociograph: Sociological Research Studies: Université de Genève. 201p.

Open Access

NON ACADEMIC PUBLICATIONS